Trois mois inoubliables à Vancouver

Trois mois inoubliables à Vancouver

Récit sur mon séjour Canadien:

Durant ces trois mois d’été, j’ai eu la chance d’avoir une expérience très riche à Vancouver, la ville la plus importante de l’ouest canadien située dans la province de la Colombie-Britannique.
Pendant ce séjour, j’ai effectué un programme de six semaines de cours d’anglais suivis de six semaines de stage en entreprise. J’ai été logé en famille d’accueil et rencontré des gens très intéressant tout au long du séjour.
Je vais donc vous faire part de cette expérience qui restera pour moi l’une des plus enrichissante de ma vie.

Avant mon départ, j’étais déjà très excité de partir, j’ai déjà eu l’occasion de visiter l’est du Canada et avait déjà une très bonne impression de ce pays. En effet, les canadiens ont la réputation d’être très aimables et accueillant. C’est donc avec impatience que j’ai abordé mes 18 heures de voyage au départ de Bordeaux, avec une escale à Paris, une à Toronto pour enfin arriver à Vancouver.

Après ce long voyage je suis donc arrivé à destination. J’ai été accueilli à l’aéroport pour être conduit dans ma famille d’accueil. Mes premières impressions à la vue du paysage sont très positives, le contraste entre les quartiers résidentiels, les parcs naturels, les centres-villes denses fond la richesse de la ville. J’arrive enfin dans la maison où je vais habiter pendant trois mois. Ma famille d’accueil habite à North Vancouver, l’une des plus belles zones de Vancouver mélangeant montagne, foret, réserves naturelles et tout ce qui fait la richesse naturelle de la région. La maison est situé à 10 min à pied de Capilano Suspension Bridge, un pont en suspension très célèbre au Canada et à 20min de Grouse Mountain, le plus au sommet et la plus grosse attraction touristique de la région.

Ma famille d’accueil est un couple de Canadien d’origine indienne ayant vécu en Afrique, en Californie et s’étant installé à Vancouver depuis plus de 20 ans. Leur accueil a été très chaleureux et j’ai été très vite mis à l’aise dans la maison typiquement canadienne. Un autre étudiant brésilien allant dans la même école que moi logeait également dans la maison durant les trois mois, il est d’ailleurs devenu mon meilleur ami de mon séjour canadien. Je logeais dans le sous-sol où j’avais un salon, une salle de bain et une chambre juste pour moi. Tout le confort était présent. Mon premier jour a été consacré au repos à cause de la fatigue du long voyage et du décalage horaire. Il y a 9 heures de décalage entre la France et Vancouver, la première semaine a donc été très dure par rapport à ça.

La première difficulté a été de s’adapter au mode de vie canadien. Les repas de la journée étaient organisés avec un petit déjeuner copieux, un déjeuner léger (sandwich) et un diner très important avec un gros repas le soir. N’ayant pas l’habitude de manger peu le midi et beaucoup le soir ça a été très dur au début de m’adapter. De plus les canadiens prennent leur diner très tôt, entre 18H et 19H alors que en France nous avons l’habitude de manger plus tard et favorisons des diners plutôt légers. Ma famille me laissait relativement libre et ne me forçait pas à rentrer tôt pour diner avec eux, j’avais juste à les prévenir que je ne dinerais pas avec eux afin qu’il me laisse de la nourriture de coté pour plus tard. J’ai beaucoup apprécié cela car beaucoup d’étudiants en famille d’accueil m’ont dit que leur famille était très stricte et leur imposait leur mode de vie et leur contrainte de temps. Je n’avais pas beaucoup de règles imposées, les deux seules choses importantes étaient de garder ma chambre propre et ne pas inviter d’étrangers dans la maison sans prévenir.

L’autre difficulté a été bien sûr l’adaptation à la langue. Je n’avais pas de réelles difficultés en anglais mais ça a été difficile au début de bien comprendre tout ce que les gens me disaient et surtout exprimer réellement ce que j’avais à dire. L’adaptation a été plutôt rapide et ma maitrise de la langue a progressé très rapidement tout au long du séjour. Je n’hésitais pas à demander du vocabulaire et des expressions à ma famille ou mon entourage afin d’améliorer ma maitrise de la langue.

Concernant le climat, Vancouver est l’une des régions les moins froides du Canada, de plus cet été a été le plus chaud depuis plusieurs décennies et on a eu un très beau temps au cours des trois mois avec des températures douces et parfois très chaudes (allant jusqu’à 33°C).

Toutes les conditions étaient donc bonnes pour entamer mon premier jour de cours à English Bay College. Cette école accueille des étudiants du monde entier en leur proposant deux programmes : le silver, celui que j’ai effectué, qui consiste à avoir des cours d’anglais intensifs pour après faire un stage non payé en entreprise, le gold, quant à lui, permet aux étudiants de trouver un job payé après les cours. Les cours se déroulent de 9H à 15H pour le programme silver, et de 9H à 17H pour le gold. On avait donc beaucoup de temps libre après les cours pour profiter de la ville.

J’ai participé à deux classes : « step-up » pendant quatre semaines et « business english » pendant deux semaines. En classe « step-up » on a beaucoup travaillé la prononciation, l’oral et sur la découverte de la culture canadienne. En business, les cours étaient plus ciblés sur la compréhension, l’écrit et l’adaptation au milieu professionnel.

Cette première partie de mon séjour a été un bon moyen de me plonger dans le bain et d’améliorer considérablement mon anglais. Chaque jeudi on avait une présentation à préparer et à présenter devant la classe sur des thèmes plus ou moins ludiques. Le vendredi était consacré à des échanges culturels entre les étudiants et les professeurs. En effet, l’école accueille diverses cultures, des étudiants asiatiques, sud-américains, européens… C’était une bonne opportunité pour découvrir différentes cultures et échanger avec des personnes venant de divers horizons. Je me suis fais de nombreux amis et donc des contacts dans le monde. C’est avec les gens de l’école qu’on organisait la majorité de nos sorties dans la région et la plupart sont restés de très bons amis.
L’ambiance des cours était très détendue et les professeurs faisaient de leur mieux pour rendre les leçons intéressantes et ludiques.

J’ai eu pendant mes cours à passer trois entretiens pour mon stage. L’école était en fait chargée de trouver les entreprises susceptibles de m’intéresser et de fixer des dates pour les entretiens. Au cours de ces entretiens, J’ai pu me rendre compte des différences entre l’environnement professionnel en France et au Canada. L’image sur l’attitude décontractée et conviviale des canadiens est fondée. J’ai été étonné par exemple, que pour l’entretien pour l’entreprise où j’ai finalement choisi de faire mon stage, mon chef m’ait invité à boire un verre pour discuter de mon profil, mes motivations et des projets pouvant m’intéresser.

Au terme de ces six semaines de cours, j’avais pu prendre mes marques dans la ville, trouver des amis avec qui sortir et m’adapter à au pays et à sa langue. J’ai donc après cela commencé mon stage en entreprise. J’ai effectué mon stage dans une start up : TeamPages, une société qui n’a que deux ans. TeamPages est un reseau social permettant de gérer les équipes de sports amateur en ligne, une sorte de Facebook pour le sport. Il n’y avait que quatre employés de la société travaillant dans le bureau qui partageaient l’étage avec d’autres employés travaillant pour d’autres petites entreprises faisant partie du même groupe. Les employés sont très jeunes, ils ont entre 25 et 30 ans, mon superviseur qui gère la société est un jeune entrepreneur qui a décidé de lancer son projet après ces études. J’ai travaillé sur différents projets faisant partie de la stratégie marketing de l’entreprise.

L’entreprise se situe à Yaletown dans Downtown (le centre ville) à Vancouver. Yaletown est un quartier très jeune regroupant beaucoup d’entreprise. J’ai été impressionné au quotidien de la beauté du quartier très « moderne » où l’on retrouve pleins de restaurants, buildings et sièges de sociétés. La plupart des voitures garées dans la rue étaient haut de gamme : Porsche, Ferrari, BMW etc…

Dès le premier jour, j’ai très vite été mis à l’aise au sein de l’entreprise et intégré au groupe. L’ambiance de travail y était très zen et tout le monde travaillait dans la bonne humeur. Je travaillais de 9H à 17H avec 1H de pause pour déjeuner. Mes horaires étaient assez souple et mon responsable n’hésitait pas à me laisser sortir pour aller prendre un café ou un casse-croute quand j’en avais envi. Aussi il pouvait m’autoriser à sortir plus tôt si besoin était et me donnait pas mal de liberté.

Ma charge de travail n’était pas excessive, mon stage avait surtout un but d’apprentissage c’est d’ailleurs pourquoi mon responsable m’a souvent donner des ressources comme des documents, des livres et des sites internet pour enrichir mes connaissances en marketing, en entreprenariat et dans le domaine des sociétés sur Internet. Mes projets me permettaient d’appliquer mes connaissances techniques et commerciales tout en les approfondissant. Souvent, nous sortions manger dehors avec les employés en parlant de tout et de rien afin de se connaitre et échanger dans un environnement décontracté. Aussi le code vestimentaire n’était pas strict, les employés pouvaient aussi bien venir en short basket qu’en chemise, sans réelle contrainte. Un effort était juste fait lors de la visite de gens importants.

C’est d’ailleurs une particularité importante au Canada, les gens accordent beaucoup moins d’importance à l’apparence qu’en France. Dans les secteurs où on n’a pas à être constamment en contact avec des clients, les employés s’habillent vraiment comme ils veulent et l’ambiance générale est vraiment très décontractée. Il m’a même été demandé d’éviter le costard cravate lors des entretiens pour ne pas paraitre prétentieux, une simple chemise avec un pantalon était largement suffisant. Aussi j’ai appris que les canadiens n’aimait pas afficher les marques de leurs vêtements et que c’était très mal vu dans le pays.

Mon stage s’est très bien déroulé, le mode de vie professionnel canadien m’a beaucoup plu. J’arrivais tranquillement le matin au bureau après être passé me prendre un café chez « Starbucks » qui est très apprécié en Amérique du Nord. Il m’arrivait de prendre une pause pour sortir respirer un peu ou prendre un casse croute juste à coté. Le midi je mangeais soit au bureau, soit avec les autres employés ou des amis à moi. De temps en temps mon responsable m’invitait à prendre un café pour parler de l’avancement des projets et répondre à toutes mes questions. J’ai beaucoup apprécié cette période de stage car je me suis vite adapté au style de vie canadien, j’ai appris énormément de choses au niveau personnel et professionnel et j’ai travaillé avec une équipe jeune et motivée qui a su me transmettre leur passion.

Starbucks est implanté partout en Amérique du Nord et on peut en trouver à tous les coins de rue à Vancouver. La plupart des gens prennent leur boisson chaude matinale chez Starbucks ce qui le rend très populaire las bas. Que ça soit café, chocolat chaud, thé, milk-shake etc… On y trouve de tout, même des repas plus ou moins consistants. C’est surement l’endroit ou j’allais le plus souvent lors de mes pauses ou de mes visites dans la ville.

En plus du temps de travail passé pendant ce séjour, j’ai également pu visiter et apprécier la ville de jour comme de nuit. Vancouver affiche une richesse incroyable. On y trouve des plages, l’ocean pacifique, Downtown, le centre ville très dense et West/North Vancouver idéales pour les balades en nature.

Downtown, le centre ville, est impressionnant pour sa densité et ses hauts buildings riches en couleurs. Les rues sont très grandes et très propres. On y trouve « Robson Street » qui est la plus grande rue commerçante de la ville, le stade où j’ai pu assister à un match de football américain avec une ambiance incroyable ainsi que « Pacific Center » un immense centre commercial souterrain. D’ailleurs on peut y voir le village olympique car Vancouver accueillera les jeux olympiques d’hivers en 2010. Un autre lieu important de Downtown est Granville Street, la rue où on retrouve les plus grandes boites de nuit de la ville. Cette rue est très animée le soir et est sans doute le meilleur endroit où sortir le soir à Vancouver.

D’ailleurs, concernant les soirées en boite à Vancouver, contrairement à la France où elles commencent entre 22H et minuit, las bas elles commencent entre 20H et 21H. De plus il est important de se mettre sur la guest-list en avance pour éviter d’avoir à faire la queue pendant très longtemps pour rentrer en boite. Avoir son nom sur la liste permet d’éviter l’attente et en plus de rentrer gratuitement.

Downtown est donc le centre très actif de la ville. Juste entre Downtown et West-Vancouver, on trouve Stanley Park, grand de 405 hectares, il est le troisième plus grand parc urbain d’Amérique du Nord. Il attire huit millions de visiteurs chaque année. On y trouve une faune et une flore abondantes, c’est un espace très agréable pour les balades à pied ou à vélo qui en plus donne accès à des plages.

Les deux principales plages de Vancouver sont English Bay Beach et Kitsilano Beach. Ces plages sont très fréquentées durant l’été, on peut y bronzer, se baigner dans la mer où la température de l’eau est plutôt bonne, jouer au volley ball sur les installation prévu etc…On trouve à English Bay Beach « l’inukshuk « (qu’on peut voir sur la photo ci-dessous) qui est devenu un symbole d’espoir et d’amitié, l’expression éternelle de l’hospitalité d’une nation qui, tous les jours, accueille à bras ouverts les peuples du monde entier. C’est le symbole des Jeux olympiques du Canada et l’ami qui aidera à souhaiter la bienvenue au monde entier en 2010.

J’ai eu la chance d’habiter dans la région de North Vancouver qui possède des paysages magnifiques. J’ai fait l’ascension de Grouse Mountain qui a son point culminant à 1 231 mètres d’altitude. La vue du haut de la montagne est magnifique et on peut observer toute la région de Vancouver. On peut y voir des ours et quelques animations pour le public. C’est un passage obligé à Vancouver.

J’ai également visité la region de West Vancouver. Tous les dimanches, avec mes amis de l’école, nous allions dans un grand complexe aquatique : « aquatic center » où pour $2 on avait accès à la piscine, toboggan, sauna, jacuzzi, plongeoir etc… de 19H à 22H. Aussi, tous les matins j’allais courir sur le bord de mer de West Vancouver avec mon père de famille d’accueil, le cadre était très jolie mélangeant plage et espaces verts.

La grande force de Vancouver réside donc dans la mixité de ces paysages. On peut y faire une grande variété d’activité sans avoir à trop de déplacer pour autant.

Le transport le plus utilisé à Vancouver est le bus. Il y a de nombreuses lignes de bus et on s’y perd beaucoup au début. Les chauffeurs de bus sont très aimables et n’hésitent pas à aider les voyageurs si besoin est. Par exemple, lors de notre premier jour de cours, mon colocataire et moi ne savions pas où nous arrêter et la direction à prendre pour aller à l’école. Le chauffeur a carrément fait un détour pour nous déposer plus près de l’école et nous indiquer le chemin. La ville possède trois lignes de métro très rapide, dont une qui a ouverte à la fin de mon séjour rejoignant le centre ville à l’aéroport en moins de trente minutes. Une originalité à Vancouver est le seabus, un bateau qui permet de relier Downtown à North Vancouver et donc de traverser la baie qui les sépare en moins de quinze minutes. J’ai eu à l’utiliser tous les jours pour me rendre à mon travail.

J’ai eu la chance de participer à deux évènements majeurs de l’été à Vancouver : Canada Day et Celebration of light. La fête du Canada (en anglais : Canada Day) est la fête nationale du Canada qui intervient le 1er juillet. C’est un jour férié où se déroulent des animations partout en ville : grandes parades, démonstrations culturelles, stand historiques, distribution gratuite de boissons et nourriture, feux d’artifices etc… L’autre évènement majeur auquel j’ai assisté était « Celebration of light » : une compétition de feux d’artifice entre quatre pays qui se déroulait sur deux semaines. Le mercredi et samedi soir de deux semaines consécutives, quatre pays, cette année : la Chine, le Canada, le Grande-Bretagne et l’Afrique du Sud, participaient à une compétition de feux d’artifices en musique. Les feux d’artifices durent trente minutes et d’énormes moyens sont mis en œuvre. L’évènement a eu lieu à English Bay Beach et a rassemblé plus de 1,5 million de personnes. Cet évènement a lieu tous les ans depuis 1990. Cette année, la Chine est sortie vainqueur.

Une chose qui peut vraiment étonner à l’arrivée dans cette ville est la forte population asiatique. 86,4% des immigrants de Vancouver en provenance de l’étranger viennent du continent asiatique, 34% de la région métropolitaine de Vancouver est asiatique. J’ai eu l’impression de voir plus d’asiatiques durant ce séjour que de canadien.

Le seul gros point négatif de la ville est la forte concentration de sans abris mendiant dans les rues. Vancouver étant l’une des régions les moins froides du Canada, les sans abris peuvent y survivre plus facilement pendant l’hivers. Si la ville est assez sûre, il est préférable d’éviter East Hastings de jour, et surtout de nuit. C’est un lieu où se réfugient de nombreux sans-abris de Vancouver.

J’ai donc, au cours de ces trois mois, pu profiter de toutes les activités possibles dans la ville et j’ai même eu l’occasion de visiter d’autres régions proches toutes aussi magnifiques. J’ai rencontré des gens extraordinaires venant de partout dans le monde et j’ai appris énormément sur le plan personnel et professionnel. Mon responsable de stage m’a transmis beaucoup de son savoir et j’ai aussi pu apprendre beaucoup de mes professeurs, de ma famille d’accueil et des autres étudiants que j’ai côtoyé durant ces trois mois. J’ai pu me rendre compte que les canadiens sont vraiment des gens accueillants et respectueux. Ca a été une expérience humaine très enrichissante, j’ai beaucoup appris, je me suis vraiment bien amusé et j’ai rencontré de bonnes personnes, je conseille à tous de vivre cette expérience au moins une fois dans sa vie car elle restera inoubliable.

Johann YTH

30/08/09

Version PDF

Articles similaires:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *